France

22 févr. 2023 - 25 févr. 2023

Lille, une capitale sans Etat

France

22 févr. 2023 - 25 févr. 2023

Lille, une capitale sans Etat

Flamboyante aux temps de prospérité marchande sous les comtes de Flandre, courtisée lorsque les ducs de Bourgogne y organisaient leurs fêtes chatoyantes orchestrées par le célèbre peintre Jan Van Eyck, sans cesse sur le devant de la scène avec les archiducs Habsbourg, gouverneurs des Pays-Bas, Lille renouvelle avec faste ses grandeurs monumentales lors de son intégration au royaume de Louis XIV.

Puis Lille est devenue le cœur de l’industrie en même temps que du socialisme français – ces temps-là étaient durs – à travers les révolutions d’un long XIXe siècle dont les conséquences sur le cours du siècle suivant se liront dans la croissance des quartiers. A la fin du XXe, métamorphosée en métropole européenne, la ville a retrouvé sa vocation de centre d’affaires et de culture, capitale sans Etat logée entre Londres, Bruxelles et Paris, toutes à moins d’une heure de train.

Une découverte qui nous emmène bien au-delà de notre curiosité naturelle pour la culture ch'tie.


Infos pratiques

Durée: 4 jours

Voyage en train

De 8 à 10 participants au maximum

Créé et guidé par Jean Steinauer, historien et journaliste, grand connaisseur de Lille où il résida de nombreuses années.

Programme détaillé en cours d'élaboration, de même que la calculation des prestations pour faire le prix du voyage.

Possibilité de pré-réserver vos places en nous écrivant un e-mail sous Contacts.

Programme

Mercredi 22 février: Cap au Nord

Rendez-vous à 9h15 en gare de Lausanne pour le départ en TGV vers Paris puis, après un changement de gare, vers Lille.

Arrivée dans l'après-midi vers 16h. Installation à l'hôtel, petite balade apéritive pour acheter l'air de la ville. Dîner et 1ère nuit à l'hôtel.

Jeudi 23 février: Lille, de la Flandre à la France

La première richesse de Lille a pour expression la Vieille Bourse, magnifique édifice de style hispano-flamand. Mais la gloire ancienne de la ville ne s'arrête point là et se déchiffre encore aisément à travers des monuments d’architecture hospitalière et de génie militaire. Les grands asiles du Moyen Age ont certes été reconvertis : musée régional de l’Hospice Comtesse, hôtel de luxe Hospice Jeanne de Flandre, îlots dans un tissu urbain que les "siècles français" ont beaucoup remodelé. Le Vieux-Lille a reçu l’empreinte d’un urbanisme louisquatorzien à la toponymie évocatrice – rue Royale, rue Princesse – tracé à l’ombre de la Citadelle. Ce chef d’œuvre de la « ceinture de fer », édifié par Vauban en plein marécage (Lille = l’Isle), a ses répliques en miniature au sous-sol du Palais des beaux-arts : les fabuleuses maquettes de villes fortifiées, sur lesquelles les généraux de Louis XIV et Louis XV préparaient leurs opérations de siège ou de défense. A deux pas de l’hôtel, la Porte de Paris conclut la journée sur une note digne du Roi-Soleil.

Vendredi 24 février: Lille ouvrière

Tandis que l’esprit haussmannien du Second empire quadrillait Lille de boulevards et d’esplanades, les filatures de lin, mais aussi les ateliers ferroviaires, semaient dans l’espace urbain les cités-usines, bases de la puissance économique, et les églises témoins d’un catholicisme aussi militant que paternaliste. La cathédrale Notre-Dame de la Treille a posé sur ce triomphalisme une finale cocassement ratée. Ouvrières et ouvriers, cependant, allaient d’entresols obscurs (« Caves de Lille ! On meurt sous vos voûtes de pierre », lance Victor Hugo) en courées surpeuplées. Un point de fuite, l’estaminet.

Le quartier de Saint-Sauveur, emblématique d’un univers à la Zola, ne sera démoli que dans les années 1960. Dans l’intervalle, le socialisme aura pris possession de la ville, offrant à l’électorat ouvrier un palais de prestige : la marie de Roger Salengro, héros tragique du Front populaire. Symboliquement, le beffroi de la mairie est plus haut que celui de la Chambre de commerce.

Vendredi 25 février: Lille aujourd'hui

Les Trente glorieuses étendent l’espace de Lille, rejointe par ses voisines de Roubaix et Tourcoing, en jetant les prémisses d’une agglomération métropolitaine contemporaine englobant une centaine de communes et près d’un million d’habitants. Il faut organiser le tissu interstitiel, et surtout le renforcer. Ultime témoignage de l’urbanisme gaullien, émerge alors des champs de betterave une ville nouvelle ; Villeneuve d’Ascq héberge deux campus universitaires et 70 000 habitants. Sans oublier un fameux musée d'art moderne le LAM.

Un pas décisif est marqué par l’ouverture du tunnel sous la Manche, qui donne à Lille un statut de carrefour des TGV entre Londres, Bruxelle et Paris. On l’assume au prix d’un urbanisme post-moderne échevelé, sous le double patronage du président Mitterrand et du maire lillois Pierre Mauroy.

Samedi 26 février: Lille-Genève

Retour libre, train, avion, musarder à Lille ou à Paris, Dijon....laissez-vous tenter





L'Aventure du beau

Des oeuvres et des sites choisis en vertu de leur exceptionnelle capacité à incarner notre histoire. Une approche lente, sensible et en profondeur, afin d'en révéler le sens et, pourquoi pas, construire une expérience personnelle de la beauté. Réveiller notre regard. Voir… vraiment voir.